Jump to Content or Main Navigation

Paul D. Coverdell World Wise Schools

Paul D. Coverdell World Wise Schools

Water Source Protection

Region
Africa, Cameroon

Lauren Fry, A Peace Corps Volunteer in Cameroon used her background in engineering to work with her community to create a springbox to protect their source of water.

English

More than 2 billion people—over a third of the world's population—lack access to basic sanitation such as flush toilets or even outhouses. And more than 1 billion people in the world do not have safe water to drink. That's almost 1 out of every 6 people on the planet.

Hi. My name is Lauren Fry.

I was a Peace Corps Volunteer in Cameroon, West Africa.

Cameroon is a remarkable place, with mountains, deserts, beaches, rain forests, gorillas, elephants, and lions, among its many rich resources.

I lived in the region of Cameroon that is home to the Eton people. Many of them farm, harvesting cacao beans—the bean used for making chocolate. This picture shows cacao beans drying in the sun.

I am an environmental engineer. My job in Cameroon was to help communities build water and sanitation projects. My main job was to help the local people obtain clean water that was safe for drinking, cooking, and washing. Think about what life would be like if you didn't have clean water in your house or a flushing toilet. Abundant water at home is a luxury that most of my friends in Cameroon did not have.

There is plenty of water where I lived in Cameroon. The Sanaga River, the largest in Cameroon, flowed right through my town. Unfortunately, even though river water is easy to obtain, it is often polluted by human waste, farm runoff, and other contaminants. We also got water from rain—and from underground. Water that comes from under the ground is called groundwater and is usually a good choice for drinking water, because it is less likely to be contaminated than water on the surface.

There is a problem, however, with obtaining groundwater. It usually requires energy to bring the water to the surface. Pumps for bringing water to the surface can be powered by fossil fuels, wind, the sun, or people. But pumps cost money and require maintenance,

…and carrying water by hand takes time away from other activities; for children, that includes schoolwork and fun. The expense of pumping water is often too much for communities, driving them to drink unclean water from elsewhere and risk water-borne diseases that can cause diarrhea and other illnesses.

Groundwater is likely to be free of biological contaminants, if there is no source of pollution nearby. But when it pools on the surface at a spring, a place where groundwater naturally comes to the surface, there are opportunities for contamination. For example, children would use buckets to fetch water from the spring. If the buckets were contaminated, the water would become polluted when children dipped them into the spring. Smaller children, who did not understand the importance of clean water, might walk through the spring, or even throw litter into it. Not only was the spring open to pollution from people, but forest animals were also potential polluters.

This picture shows the water source in one community where I worked; a natural spring that the community covered with roofing material. The water does not need to be pumped to the surface, but as you can see, the spring is not well protected and any kind of debris can enter this water source.

I worked with four villages to develop solutions to their water problems. When I arrived, villagers drew water from natural springs like this one, where I'm standing in the red T-shirt. The spring is the small pool of murky water just below me.

These are some of the children who lived in my village. The communities knew that their water was making some of the children sick. They brought me into their villages so we could work together to improve the situation. They were right about being sick. When I first went into each community, I conducted a health survey, asking parents how often members of their family were sick with diarrhea. On average, there would be someone in a household suffering from diarrhea 10 to 16 days of every month.

We decided to protect the springs by building springboxes. A springbox is basically a concrete box built around a spring. You can see a typical springbox design here. Its three sections include an area for collecting the spring water, on the left; a filter to remove particles from the water, in the center; and a reservoir to store the water.

Water enters the primary filter and capture area, and then moves through the gravel layer entrance into the filter. It then enters the reservoir through another gravel layer entrance. We included a collection pipe so that the users no longer had to dip their dirty buckets into the water. Instead, they could simply open the collection pipe with a spigot and wait for the bucket to fill.

Here's the springbox under construction. The photographer is standing over the capture area above the spring. Three men are standing on top of the filter area. The mason, in the white t-shirt, is preparing the form for the concrete wall of the reservoir. Water will flow in the direction of the blue arrow.

The springbox is complete. The man in the blue shirt is my colleague from the Ministry of Agriculture. He is an experienced rural engineering technician, and we did all our work as a team. The group is standing on top of the springbox reservoir. Behind them, underground, is the filter, and behind that is the capture area.

Remember what the spring looked like before construction?

The spring pool is now filled up with rocks and covered with soil and clay.

I went back to two of the four villages a year after completing the springboxes to conduct a follow-up health survey. Lo and behold, diarrhea—among the most common problems brought on by drinking unclean water—had been reduced by 29% in one village and 64% in the other. I later included this research as part of my master's degree, and published it in the summer 2006 issue of the Journal of Engineering for Sustainable Development.

Improved water availability, water quality, sanitation, and personal hygiene are all effective ways to reduce diarrhea incidence in a community. Improved sanitation includes connection to sewers and septic systems or the use of different types of latrines. Interestingly, many sanitation technologies require large amounts of water, making water availability and sanitation closely related.

Here I am with several villagers on one of my last visits to the springbox. It was rewarding to see that children's health had improved and that water was clean and clear. This work inspired me to continue research in water availability and sanitation in developing countries. Thanks for letting me share my work in Cameroon with you. 

French

Plus de 2 milliards de personnes—plus d’un tiers de la population du monde, en fait— n’ont pas accès aux systèmes sanitaires comme les toilettes à chasse d’eau ou même les latrines à fosse simple. C’est près d’une personne sur six de toutes les personnes sur la terre.

Salut. Je m’appelle Lauren Fry.

J’étais une bénévole du corps de la paix au Cameroun, en Afrique occidentale.

Le Cameroun, c’est un endroit extraordinaire qui est plein de montagnes, déserts, plages, forêts tropicales, ainsi que de gorilles, d’éléphants, et de lions parmi sa multitude de ressources naturelles.

J’ai habité dans la région du Cameroun où se trouve le peuple Éton. Beaucoup de ses habitants sont fermiers et cultivent les fèves de cacao—la fève qu’on utilise dans la production de chocolat. Cette photo montre quelques fèves de cacao qui se dessèchent sous le soleil.

Je suis ingénieur de l’environnement. Ma mission au Cameroun était d’aider les communautés à construire des projets d’installations sanitaires d’eau. Mon travail principal là-bas était d’aider les personnes locales à obtenir de l’eau pure qui était prête à boire, cuire, et nettoyer. Imaginez votre vie de nos jours si vous n’aviez ni l’eau potable chez vous ni des toilettes à chasse d’eau. L’eau courante à la maison est un luxe que la plupart de mes amis camerounais ne savaient pas.

Il y a une abondance d’eau où j’habitais au Cameroun. Le fleuve Sanaga, le plus grand fleuve du Cameroun, coulait à travers mon village. Malheureusement, même si l’eau du fleuve était facile à obtenir, elle était souvent polluée par les déchets de l’homme, les effluents des fermes, et d’autres contaminants. Nous obtenions aussi de l’eau des précipitations et du sous-sol. Ce type d’eau s’appelle la nappe phréatique et, normalement, c’était le meilleur choix pour les camerounais parce qu’il était moins possible qu’elle soit contaminée que l’eau qui reste sur la surface.

Cependant il y a un problème avec l’exploitation de nappes phréatiques. En général, il faut de l’énergie pour la tirer à la surface. Les pompes qui tirent l’eau à la surface peuvent être alimentées par les combustibles fossiles, le vent, le soleil ou par l’homme. Mais les pompes coûtent de l’argent et exigent une maintenance régulière,

…et le transport manuel enlève du temps à d’autres activités ; pour les enfants, cela inclut le travail scolaire et l’amusement. Le coût de pompage de l’eau est souvent trop élevé pour les communautés, ce qui les force à boire de l’eau impure, risquant ainsi d’attraper des maladies liées à l’eau qui peuvent causer la diarrhée et d’autres maladies.

Les nappes phréatiques arrivent sans contaminants biologiques, s’il n’y a pas de pollution dans les environs. Mais quand elles forment un bassin sur la surface de la terre, un endroit où les nappes phréatiques viennent naturellement, il y a des risques de contamination. Par exemple, les enfants utilisaient des seaux pour rapporter l’eau de la source. Si les seaux eux-mêmes étaient contaminés, l’eau deviendrait contaminée quand les enfants les mettraient dans la source. Les enfants plus petits, qui ne comprenaient pas l’importance de l’eau potable, pourraient possiblement marcher à travers la source, ou même y jeter les ordures. La source n’était pas seulement sensible à la pollution de l’homme, mais les animaux de la forêt aussi étaient des polluants potentiels.

Cette photo montre la source d’une communauté où j’ai travaillé ; une source naturelle que la communauté a couvert avec du matériel de toiture. L’eau n’a pas besoin d’être pompée à la surface, mais comme vous pouvez voir, la source n’est pas bien protégée et toutes sortes d’ordures peuvent y entrer.

J’ai travaillé avec quatre villages à trouver les solutions à leurs problèmes d’eau. Quand je suis arrivée, les villageois prenaient de l’eau des sources comme celle-ci, où vous pouvez me voir en t-shirt rouge. La source est le bassin d’eau trouble au-dessous de moi.

Voici quelques enfants qui habitaient dans mon village. Les communautés savaient que l’eau rendait les enfants malades. Ils m’ont amené à leurs villages pour que nous puissions travailler ensemble à améliorer la situation. Ils avaient raison de dire que la maladie est partout. La première fois que je suis entrée dans chaque communauté, j’ai fait une enquête sur la santé des villageois, demandant aux parents de me dire la fréquence de diarrhée dans leur famille par mois. Typiquement, un membre de la famille souffrait de la diarrhée entre dix et seize jours de chaque mois.

Nous avons décidé de protéger les sources en construisant des « springboxes, » des structures qui captent de l’eau d’une source avant qu’elle soit contaminée. Il s’agit d’une boîte de béton située autour d’une source. Vous pouvez voir le dessin d’une de ces structures ici. Ses trois parties incluent une partie pour la collecte de l’eau de source, à gauche ; un filtre qui enlève les particules de l’eau, au centre, et un réservoir qui accumule l’eau.

D’abord, l’eau entre dans le filtre primaire et la section de capture, puis elle passe par la couche de gravier avant d’arriver au filtre principal. Ensuite, elle entre dans le réservoir envers une autre couche de gravier. Nous avons ajouté un tuyau de collecte pour que les villageois ne puissent plus mettre leurs seaux sales dans l’eau. Au lieu de faire ça, ils peuvent simplement ouvrir le tuyau avec le robinet pour remplir leur seau.

Voici le springbox en cours de construction. Le photographe se tient debout sur la partie de capture au-dessus de la source. Trois hommes se tiennent debout aussi sur le filtre. Le maçon, en t-shirt blanc, est en train de préparer la structure pour le mur en béton du réservoir. L’eau coule dans la direction de la flèche bleue.

La structure est réalisée. L’homme à la chemise bleue est mon collègue du Ministre d’Agriculture. C’est un technicien-ingénieur rural très expérimenté, et nous avons fait tout de notre travail ensemble. Le groupe se trouve au-dessus du réservoir du springbox. Derrière eux, dans le souterrain, se trouve le filtre, et derrière le filtre se situe la partie de capture.

Vous souvenez-vous l’image de la source avant la construction ?

Le bassin est maintenant rempli de rochers et couvert de terre.

Un an après l’achèvement du springbox, je suis retournée dans deux des quatre villages pour faire une enquête de suivi. J’ai réalisé que la diarrhée—un des problèmes le plus fréquent qui se produit quand on boit de l’eau salée—avait diminué de 29% dans un village et de 64% dans l’autre. J’ai utilisé cette recherche comme une partie de mon « master’s degree » et plus tard, je l’ai publiée dans le numéro de l’été 2006 du « Journal of Engineering for Sustainable Development. »

L’amélioration de la disponibilité et de la qualité de l’eau, de sanitaire, et d’hygiène personnelle sont toutes des méthodes effectives qui réduisent le nombre de cas de diarrhée dans une communauté. Les installations sanitaires incluent les connections aux égouts et systèmes septiques ou l’usage de différentes types de latrines. Ce qui est intéressant, c’est que beaucoup des installations sanitaires demandent une grande quantité d’eau, rendant ainsi la disponibilité de l’eau et la santé très liées.

Voici une photo de moi avec quelques villageois lors de l’une de mes dernières visites à ce springbox. Pour moi, c’était très gratifiant de voir que la santé des enfants s’était améliorée et que l’eau était pure et claire. Ce travail m’a incité à continuer à faire de la recherche sur la disponibilité de l’eau et les installations sanitaires dans les pays en développement. Je vous remercie de m’avoir permis de partager avec vous mon travail au Cameroun.