Jump to Content or Main Navigation

Paul D. Coverdell World Wise Schools

Paul D. Coverdell World Wise Schools

This content is available in English Print

La Gestion Des Barrières De Corail

Erin Jenkins parle avec l’école élémentaire de Bitburg en Allemagne

Introduction: Une fois par an, quelques classes des Etats-Unis ont l’opportunité de parler avec un volontaire du Corps de la Paix par téléphone, parce qu’ils ont été en communication avec un volontaire sur le terrain durant toute l’année. Nous avons enregistré quelques-unes de ces conversations. Aujourd’hui, les étudiants de l’école élémentaire de Bitburg, une école américaine en Allemagne, parlent avec Erin Jenkins, un volontaire qui est dans les Samoa occidentales, de la gestion des barrières de corail.

Etudiant
Est-ce que toutes les barrières de corail sont en bonne santé?

Erin
C’est une question intéressante. Les barrières de corail en Samoa ont connu des difficultés durant les deux dernières décennies parce que la population de Samoa a augmenté. Et quand plus de terre est développée, plus de déchets sont rejetés dans l’océan, et les coraux ont des difficultés à s’adapter à ces changements. Je pense que vous avez appris tout cela dans vos recherches ? C’est qu’ils sont très fragiles.

Et quand les ouragans viennent, ils soufflent fort, et ils détruisent le corail aussi. Les samoans avaient également des techniques de pêche qui incluent le cassage des coraux pour pouvoir mieux attraper les poissons, mais ils les ont arrêté. Beaucoup de villages sont en train de commencer ce qu’on appelle « le jardinage de corail, » un projet dont le but est d’augmenter le nombre de coraux. Ils ne sont pas exactement en bonne santé, mais on travaille pour améliorer cette situation.

Instituteur
C’est très bien. Est-ce que vous faites ce genre de travail, Erin ?

Erin
En fait, oui. Les travaux de ma camarade de chambre, Hanna, et moi, concernent le jardinage de corail. Donc, nous aidons les villages à apprendre comment faire de petites maisons pour les poissons et les coraux. Et puis, nous les aidons à attacher des morceaux de coraux venant d’ailleurs et nous le mettons dans ces maisons pour qu’ils puissent grandir dans un lieu protégé.

Etudiant
De quoi parlez-vous dans vos leçons dans les écoles ?

Erin
Alors, j’enseigne sur ce que nous faisons à mon bureau, qui est le bureau de pêche Et nous disons aux étudiants – parce que ce sont des lycéens d’à peu près dix-sept ou dix-huit ans – ce que nous faisons, pourquoi il serait bon que nous venions dans leur village, et je leur parle aussi du jardinage de corail et des réserves de poisson, et comment toutes ces choses vont aider les samoans à améliorer leurs populations de poisson.

Etudiant
Avez-vous réalisé quelques améliorations pour les barrières de corail ?

Erin
Oui. Outre du jardinage de corail, il est très important que les villages établissent des réserves de poisson. En fait, une autre division du gouvernement est en train d’établir les zones marines protégées. Et ces zones sont faites de telle sorte que les personnes – en générale – ne puissent pas accéder à ces réserves, ce qui réduit la probabilité que les gens marchent par hasard sur le corail. Même si on n’a pas l’intention d’endommager le corail, si on marche sur un corail, il va mourir. Donc, ces réserves de poisson sont très importantes pour la protection du corail. Parce que s’ils sont protégés, alors leur reproduction peut permettre d’augmenter le nombre de coraux ailleurs.

Instituteur
Nous voudrions vous dire un grand, grand merci. Vous nous avez donné beaucoup d’informations. Et c’est vraiment très gentil à vous.

Etudiants
Au revoir, Erin !

About the Author

Erin Jenkins

As a Volunteer in Somoa from 2007-2009, Erin Jenkins was involved in marine biology and conservation.